Le Groupe X-Israël a institué au sein de la Fondation de l’Ecole Polytechnique une bourse ayant pour vocation de favoriser les échanges et séjours d’étudiants entre l’X et Israël.

Après l’accueil de 3 étudiants du Technion en stage à l’X et la participation de 8 élèves de l’X à la première édition de la World Science Conference Israel à Jérusalem en août 2015. X-Israël a contribué au financement du voyage et aux frais d’études de Luc, élève de la promotion 2015, qui a souhaité consacrer son mois d’août 2016 à la voie d’excellence qu’est le programme de Summer School du Technion de Haïfa.

Voici quelques extraits de l’excellent compte-rendu que Luc a adressé à X-Israël.

Je voulais faire quelque chose de nouveau cet été. Beaucoup de camarades de promotion me parlaient de leurs destinations exotiques pour leurs vacances d’été. De mon côté, je voulais échapper à ces vacances déjà faîtes et refaites. Alors j’ai voulu partir loin. Pas seulement pour visiter, mais aussi pour apprendre et pour grandir. J’ai discuté de cette idée avec quelques amis, et un projet est ressorti de ces discussions. Il est même apparu comme une évidence : un Summer Program au Technion, école d’ingénieurs centenaire.

Les cours portaient sur l’entrepreneuriat. En particulier, ils nous indiquaient les démarches pratiques à suivre dans l’établissement d’un business. Et puis, contrairement au rythme de la période du “tronc commun” à l’Ecole, où l’on est balloté entre de nombreux cours et toutes les activités extras scolaires proposées, je pouvais me focaliser sur un objectif unique : tirer un maximum des enseignements locaux. D’autant plus qu’Israël est une Startup Nation – comme on aime le rappeler là-bas. C’est le lieu idéal pour parler d’entreprenariat.

Le Technion est une université d’ingénieurs située à Haïfa. C’est un grand campus très vert accueillant près de 14 000 étudiants dont 14% d’étrangers. De nombreux départements de science y sont présents, ce qui permet aux étudiants de s’instruire dans un grand nombre de domaines. Ils disposent notamment d’infrastructures très modernes telles que des laboratoires à la pointe de la technologie.

C’est donc dans cet environnement que j’ai côtoyé le monde de l’entreprenariat pendant un mois. Alléchant sur le papier. A raison d’ailleurs : Tel-Aviv est la seconde ville la plus prolifique en matière de création de startups après San Francisco. Et évidemment, le vivier d’où proviennent tous ces ingénieux ingénieurs, c’est le Technion.

Les cours étaient accompagnés de conférences d’entrepreneurs et d’agents travaillant dans les structures d’investissement, ainsi que de visites d’infrastructures du Technion et interventions de cadres de l’université.

Mon objectif était d’en apprendre plus sur le monde de l’entreprise comme sur le monde de la startup. Finalement, j’ai pu apprendre un canevas d’outils classiques utiles lors d’un lancement de business ainsi qu’avoir accès à des retours d’expériences de professionnels très proches de l’environnement de la startup.

Catégories : X-Israel

3 commentaires

Jacques Goldberg · 27/10/2016 à 8:20

Professeur (emerite = retraite, mais actif) au Technion je regrette de n’avoir pas eu l’occasion de faire visiter a Luc « ma » startup creee il y a 3 ans.
J’enfonce sans doute une porte ouverte en suggerant ici a Luc, s’il ne le connait pas encore, de voir le livre (existe aussi en version electronique) « Start Up Nation » de Senor et Singer.

    Herve Kabla · 27/10/2016 à 9:28

    Au fait, Jacques, où en est ta startup? Je me souviens de ton intervention en octobre 2013, très impressionnante, devant la délégation de patrons français qui accompagnaient Hollande. Comment s’est poursuivi le développement?

      Jacques Goldberg · 27/10/2016 à 10:18

      Merci Herve

      J’ai ecrit ci-dessus « ma » startup avec guillemets car j’ai deux associes. C’est eux ou au moins l’un d’eux que tu as entendus, moi, je n’y etais pas. J’ai disons souri en apprenant que Monsieur Hollande venait nous aider a creer des start up: lors de sa visite je travaillais a raison d’au moins 12 heures par jour a 80 ans passes a terminer le transfert du know-how accumule avant la creation de la startup.

      La construction parallele des deux prototypes avance a peu pres comme prevu (un pour homolagation aux USA et un pour nous pour finaliser la production.
      Independamment, l’Union Europeenne nous finance a hauteur de 1M-EUR le developpement d’un derivé.

      Encore plus independamment, PAS dans le cadre de la startup qui ne veut pas tout faire a la fois, donc pour remplir mes journees, je commence a assembler ce qui sera, SI ca marche, la generation suivante de detecteurs pour « tomographie a l’aide de muons ». La propriete intellectuelle sera la mienne avec le Technion, pas celle de la startup: le Technion me finance, bien trop peu d’ailleurs.

      Jacques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *